Passer au contenu

/ Recteur

Rechercher

Carnet du recteur

Le Carnet du recteur, c’est ma façon de parler autrement de l’université, de jeter un regard curieux sur ce qui se fait ailleurs dans le monde et de contribuer au débat public sur l’enseignement supérieur au Québec.

Suivez-moi!

Depuis plusieurs mois, il règne un certain pessimisme à Montréal. Pourtant, je suis de ceux qui continuent de lui prédire un brillant avenir.
Quels souvenirs conservent les étudiants plusieurs années après leur passage à l’université? Si on leur posait la question, nombreux sont ceux qui évoqueraient les deux ou trois enseignants qui les ont le plus marqués. Un enseignant inspirant détient un pouvoir extraordinaire. Il peut allumer une passion, orienter une carrière ou même changer une vie.
Lors du sommet sur l’enseignement supérieur, j’ai pris plusieurs positions. Certaines ont été plus médiatisées que d’autres. Il en demeure une qui, selon moi, n’a pas été suffisamment reprise : la nécessité d’un continuum dans l’éducation tout au long de la vie.
Chaque année, au mois de mai, les Amis de la montagne, qui sont aussi nos amis, organisent une série d’activités pour mettre en valeur le mont Royal, ce joyau naturel qui est à notre ville ce que les sept collines sont à Rome. Et l’Université de Montréal est un partenaire particulièrement actif de cette initiative verte.
À l’heure où j’écris ces lignes, les jours de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CREPUQ) sont comptés, du moins dans la forme qu’on lui connaît depuis sa création, il y a 50 ans. Après l’Université Laval et l’Université de Montréal, la majorité des constituantes du réseau de l’Université du Québec ont fait savoir qu’elles se retireraient de l’organisme au cours des prochains mois. De plus, il ne faudrait pas oublier qu’en annonçant la création d’un Conseil national des universités, le Gouvernement signifiait qu’il allait récupérer des composantes actuelles de la CREPUQ.