Passer au contenu

/ Recteur

Rechercher

Carnet du recteur

Le Carnet du recteur, c’est ma façon de parler autrement de l’université, de jeter un regard curieux sur ce qui se fait ailleurs dans le monde et de contribuer au débat public sur l’enseignement supérieur au Québec.

Suivez-moi!

Le budget déposé par le ministre Flaherty la semaine dernière est loin de faire l’unanimité au Québec. Du point de vue universitaire, c’est un budget qui comporte de bonnes et de moins bonnes nouvelles.
« Et maintenant, parlons d’éducation » titrait un quotidien montréalais au lendemain du dernier sommet sur l’enseignement supérieur, pendant que d’autres déploraient qu’on parle de tout sauf d’éducation dans ce genre de rencontre œcuménique.
Je profite de cette Journée internationale de la Francophonie pour vous raconter une anecdote.
L’un des meilleurs sites Web universitaires en ligne actuellement n’est l’œuvre d’aucune université. Il est le produit d’un établissement purement imaginaire. Il s’agit de Monsters University. Consultez-le et revenez lire la suite de ce billet après…
L’UdeM célèbre cette semaine sa 10e Francofête. Pour l’occasion, notre Centre de communication écrite organise toute une série d’activités et de concours, en plus d’accueillir des artistes de la scène – conteurs, chanteurs, dramaturges et autres magiciens des mots!
En cette journée internationale où l’on célèbre les femmes, nous devons nous réjouir de l’immense progrès qu’elles ont réalisé, en quelques années à peine et, en particulier, en matière d’éducation.
Le Sommet a réglé la question des droits de scolarité, mais non celle du financement de nos universités.
J’ai rappelé à quelques reprises qu’il est important de s’appuyer sur des faits et des données sûres pour poursuivre le débat sur l’éducation. Les chiffres ne manquent pas dans ce domaine et nul doute qu’on pourra m’en opposer d’autres. Mais j’aimerais en faire valoir quatre qui me paraissent révélateurs des difficultés que nous rencontrons à soutenir nos universités.
La période d’admission à l’université pour les étudiants des cégeps se termine aujourd’hui pour la majorité des programmes. Chaque année, des dizaines de milliers de diplômés du collégial, de Rouyn-Noranda à Gaspé, font le choix de poursuivre leurs études supérieures à l’UdeM. Tous les accents du Québec résonnent sur le flanc nord du mont Royal.