Passer au contenu

/ Recteur

Rechercher

Carnet du recteur

Le Carnet du recteur, c’est ma façon de parler autrement de l’université, de jeter un regard curieux sur ce qui se fait ailleurs dans le monde et de contribuer au débat public sur l’enseignement supérieur au Québec.

Suivez-moi!

Je reproduis ici la lettre d’opinion que je signais samedi dernier dans La Presse + et aujourd’hui dans le Toronto Star.
On tend souvent à l’oublier : la Francophonie était, à la base, une idée audacieuse.
Peu de gens savent que le « um » qui suffixe Termium, la grande banque terminologique du gouvernement fédéral, désigne l’Université de Montréal. C’est sur notre campus, en effet, qu’est né dans les années 60 le projet de constituer un outil de référence terminologique adapté aux conditions d’expression d’un des rares pays officiellement bilingues. En 1975, Ottawa fit l’acquisition de cette formidable somme linguistique pour la mettre à la disposition du public, au plus grand bonheur de milliers de traducteurs et d’interprètes.
Je profite de cette Journée internationale de la Francophonie pour vous raconter une anecdote.
L’UdeM célèbre cette semaine sa 10e Francofête. Pour l’occasion, notre Centre de communication écrite organise toute une série d’activités et de concours, en plus d’accueillir des artistes de la scène – conteurs, chanteurs, dramaturges et autres magiciens des mots!
Demain auront lieu les funérailles nationales de Richard Garneau. Comme pour beaucoup de Québécois, le décès d’une des plus belles voix de la radio et de la télévision québécoise me laisse un grand vide.