Passer au contenu

/ Recteur

Rechercher

Carnet du recteur

Le Carnet du recteur, c’est ma façon de parler autrement de l’université, de jeter un regard curieux sur ce qui se fait ailleurs dans le monde et de contribuer au débat public sur l’enseignement supérieur au Québec.

Suivez-moi!

Lundi, la tendance s’est maintenue… pour l’UdeM!
Le 1er juin dernier, j’ai eu l’insigne honneur de remettre l’éméritat à 12 de nos professeurs qui partent à la retraite. L’éméritat, je le rappelle, est décerné chaque année par le Conseil de l’Université à celles et ceux de nos professeurs récemment retraités qui se sont particulièrement distingués au cours de leur carrière. Beaucoup sont appelés, peu sont élus : seul un professeur sur quatre devient émérite à l’UdeM.
Le rapport du recteur 2017 que nous avons lancé la semaine dernière s’intitule L’UdeM sur le terrain. Non parce que l’Université a décidé de «descendre» sur le terrain: elle y est déjà, comme l’illustre le contenu de ce rapport.
Qu’est-ce qui fait la notoriété d’une université? Beaucoup de choses et parmi elles, assurément, l’excellence des chercheurs et chercheuses qui forment sa communauté.
En cette semaine de la rentrée, je suis porteur d’une excellente nouvelle. On a annoncé mardi la plus importante subvention de recherche de l’histoire de notre établissement : 93,6 millions de dollars pour soutenir nos efforts d’innovation en sciences des données.
En 2015, l’une de nos professeures s’est classée dans la liste des 100 personnalités les plus influentes dans le monde du magazine Time. L’un de nos jeunes diplômés au doctorat est devenu un chercheur étoile chez Google. Et l’un de nos étudiants a reçu une prestigieuse bourse de la NASA pour chercher des signes de vie extraterrestre dans l’Univers.
J’ai rencontré Louise Roy pour la première fois dans les années 80, alors qu’elle dirigeait la STCUM, la Société de transport de la communauté urbaine de Montréal. Elle était alors une star. Imaginez : une femme dans la trentaine, diplômée de sociologie, qui prend les rênes d’une société reconnue ingérable. La STCUM venait de vivre l’un des plus durs conflits de travail de son histoire. Louise Roy a rétabli la confiance avec les syndicats. Elle a ouvert la porte à l’embauche de femmes comme chauffeur d’autobus, une première.
Saviez-vous qu’il y a 6 221 240 000 000 000 de neurones en activité sur le campus de l’Université de Montréal en ce moment?
Vous me connaissez comme un homme de parole.
Je suis aussi un homme passionné par les nombres, pas juste au sens comptable ou mathématique mais au sens symbolique.
J’aime les nombres qui, pour moi, sont évocateurs de lieux, de moments, de culture, de personnes.
Vous l’avez sans doute entendu à la radio ou lu dans les journaux, l’Université de Montréal a décerné hier un doctorat honoris causa à Jacques Parizeau. Cet honneur était mérité à plus d’un titre.
Pour mon billet de la semaine, je reproduis la lettre ouverte que j’ai rédigée pour remercier tous les candidats de la campagne électorale. Cette lettre a été publiée le lendemain du scrutin dans la page Débats du journal La Presse.
Ceux qui me connaissent savent que je suis un passionné de musique. Les airs de Bach, Chopin et autres grands compositeurs flottent toujours dans mon bureau, ajoutant des touches de grâce à des journées de travail intenses.
Chaque automne, la tradition veut que le recteur de l’UdeM s’adresse aux membres de l’Assemblée universitaire, l’équivalent du Sénat pour notre communauté. C’est l’occasion de faire le point sur les grands dossiers de l’heure et sur les orientations de la prochaine année. Entre nous, nous appelons cet exercice, avec une once d’ironie, le discours sur l’état de la nation.
Les résultats du dernier concours de Génome Canada et Génome Québec sur la génomique et la santé personnalisée, ont de quoi nous rendre fiers. Cinq des dix-sept enveloppes de financement de projet de recherche accordées au Canada l’ont été à des chercheurs de l’UdeM – pour un total de 59,4 millions de dollars. C’est plus que toute autre université au pays. À elle seule, l’UdeM se voit financer plus de projets que l’ensemble de l’Ontario!
En cette journée internationale où l’on célèbre les femmes, nous devons nous réjouir de l’immense progrès qu’elles ont réalisé, en quelques années à peine et, en particulier, en matière d’éducation.