Passer au contenu

/ Recteur

Rechercher

Carnet du recteur

Le Carnet du recteur, c’est ma façon de parler autrement de l’université, de jeter un regard curieux sur ce qui se fait ailleurs dans le monde et de contribuer au débat public sur l’enseignement supérieur au Québec.

Suivez-moi!

Vendredi, je présentais devant la commission parlementaire sur le projet de loi 60 la position de l’Université de Montréal. Une position qui a reçu au préalable l’aval du conseil et de l’assemblée universitaire.
À l’heure où j’écris ces lignes, les jours de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CREPUQ) sont comptés, du moins dans la forme qu’on lui connaît depuis sa création, il y a 50 ans. Après l’Université Laval et l’Université de Montréal, la majorité des constituantes du réseau de l’Université du Québec ont fait savoir qu’elles se retireraient de l’organisme au cours des prochains mois. De plus, il ne faudrait pas oublier qu’en annonçant la création d’un Conseil national des universités, le Gouvernement signifiait qu’il allait récupérer des composantes actuelles de la CREPUQ.
Chaque année, l’UdeM diplôme plus de 11 000 étudiants dans tous les grands secteurs de l’activité humaine. C’est, et de loin, le principal contingent de diplômés au Québec et pour nous, c’est très certainement la forme la plus concrète de notre contribution au développement de la société québécoise. Le Québec a un besoin criant de personnes qualifiées dans une foule de domaines, que ce soit les soins de santé, l’éducation primaire et secondaire, la fonction publique, les entreprises de toute taille ou encore, la R-D.
Dans sa dernière édition, le magazine L’actualité nous livre une entrevue fort intéressante avec Henry J. Eyring, vice-recteur à l’avancement de l’Université Brigham en Idaho. L’homme a révolutionné la pédagogie sur le campus de son université en systématisant l’usage des cours en ligne. Le résultat, spectaculaire, c’est que l’Université Brigham a changé la dynamique même des cours en classe : « Quand les étudiants arrivent en classe, ils ont déjà vu le cours magistral en ligne et fait leurs devoirs. La classe est le lieu de discussions et d’échanges d’un niveau supérieur. »