Passer au contenu

/ Recteur

Rechercher

Carnet du recteur

Le Carnet du recteur, c’est ma façon de parler autrement de l’université, de jeter un regard curieux sur ce qui se fait ailleurs dans le monde et de contribuer au débat public sur l’enseignement supérieur au Québec.

Suivez-moi!

Ce samedi, notre équipe de football des Carabins fera face aux Dinos de l’Université de Calgary dans la finale de la Coupe Vanier, à Québec. Ce sera la troisième participation des Carabins à la finale canadienne de football universitaire, un championnat qu’ils ont remporté en 2014.
Le 27 novembre 2012, je signais le premier billet de ce blogue. Malgré la popularité toujours croissante des études supérieures, la réalité universitaire reste méconnue dans l’ensemble de la société et c’est pour parler de cette réalité que j’ai ouvert cette tribune. Il me semblait que le sujet pouvait intéresser le public dans la foulée des évènements du printemps 2012 et dans l’attente du fameux Sommet sur l’enseignement supérieur.
Depuis quelques jours, la réforme de l’immigration proposée par le gouvernement du Québec fait les manchettes et j’ai joint ma voix à celles et ceux, nombreux, qui estiment qu’elle nuira au développement social et économique du Québec. J’ai invité le gouvernement, respectueusement, à reconsidérer l’idée même d’une liste fermée de programmes de formation pouvant mener à un certificat de sélection du Québec parce que je suis convaincu que les diplômés de nos universités, peu importe leur champ d’études, ont leur place dans le marché du travail.
Au cours des derniers mois, le gouvernement du Québec a procédé à une importante réforme de ses programmes et lois en matière d’immigration.
Je signe aujourd’hui une lettre d’opinion dans La Presse+ sur l’enjeu important de l’équité au sein du corps professoral de l’Université de Montréal. Je la reproduis ici.
Il y a quelques jours, un évènement impensable s’est produit. Le père Claude Grou, recteur de l’oratoire Saint-Joseph, a été poignardé alors qu’il célébrait la messe devant quelques fidèles et pèlerins. La scène a été captée par les caméras qui diffusaient la messe. On voit ainsi un homme courir vers le célébrant.
Saviez-vous que l’Université de Montréal est considérée comme la quatrième université de langue française dans le monde, tout juste après la Sorbonne? Nous sommes la seule université francophone hors de l’Europe à figurer parmi les 100 meilleurs établissements universitaires du monde, selon le très respecté classement du Times Higher Education.
À quelques semaines du budget provincial, je signe aujourd’hui une lettre d’opinion dans La Presse + pour le rehaussement du financement de toutes les universités du Québec. Je la reproduis ici.
Au cours des dernières années, le Québec a marqué des points dans la lutte contre le décrochage scolaire. Malgré tout, 2 Québécois sur 10 entrent dans la vingtaine sans diplôme d’études secondaires. C’est encore trop. Et c’est pourquoi les Journées de la persévérance scolaire, qui se tiennent du 11 au 15 février, conservent toute leur pertinence.
Le secteur de l’intelligence artificielle est en plein essor dans notre ville et l’Université de Montréal prend part à cette aventure depuis le début.
Bien avant de devenir recteur, j’étais entouré de professeurs : ma mère enseignait le français, mon père les arts, et j’ai un frère et une sœur qui ont choisi cette profession. Je me suis même marié avec une enseignante!
Aujourd’hui, j’ai signé la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle.
Je reproduis ici la lettre d’opinion que je signais samedi dernier dans La Presse + et aujourd’hui dans le Toronto Star.
La nouvelle charte de l’UdeM, en vigueur depuis la fin septembre, assure une meilleure représentation des chargés de cours dans nos processus décisionnels. Et pour cause : ces enseignants, superviseurs de stages, chargés de formation pratique, chargés de clinique ou coachs de musique ont un poids grandissant sur nos campus et leur contribution au rayonnement de l’université n’est plus à démontrer.
J’ai eu l’honneur, hier, d’assister à l’assermentation des ministres du nouveau gouvernement formé par le premier ministre, François Legault. Ce moment très solennel marque l’engagement de ces femmes et de ces hommes qui ont été choisis, d’abord par leurs concitoyens puis par le premier ministre, pour exercer une charge publique d’envergure.

Abonnez-vous

Recevez une notification des nouveaux billets par courriel.


 Fil rss