Carnet du recteur

McGill et l’UdeM à la mairie de Montréal

7 novembre 2013 15 h 10 | Montréal, métropole universitaire

Lundi dernier, au lendemain des élections municipales, je prenais la parole, au nom des dirigeants des universités canadiennes, à l’installation de la nouvelle principale de l’Université McGill, Suzanne Fortier. Une cérémonie touchante, qui accueillait la première francophone à la tête de ce prestigieux établissement d’enseignement.

Dans mon allocution, j’ai insisté sur le rôle structurant des universités dans la vie montréalaise.  Car ce qui fait Montréal aujourd’hui, ce n’est pas la présence de nombreux sièges sociaux. Ce n’est pas sa position centrale dans le réseau des routes aériennes. Ce qui fait Montréal aujourd’hui, ce sont ses universités et ses réseaux du savoir.

Nous sommes sinon la seule, en tout cas très certainement l’une des très rares villes à abriter deux universités de langue différente dans le top 100 des meilleurs établissements au monde. Londres et Boston en ont chacun 4, mais ce sont toutes des universités anglophones.

Pouvoir transmettre les connaissances dans deux langues et deux cultures différentes est une richesse inouïe pour une grande ville. Une richesse qui nous permet d’attirer des jeunes de partout et d’approvisionner la métropole en talent et en créativité, qui demeurent ses deux plus grands attraits.

Partager
Partager par courrielCourriel

Abonnez-vous

Recevez une notification des nouveaux billets par courriel.

Catégories

Archives