Carnet du recteur

Carnet du recteur

La disparition d’un amoureux du français

15 février 2013 11 h 49 | Langue française

Demain auront lieu les funérailles nationales de Richard Garneau. Comme pour beaucoup de Québécois, le décès d’une des plus belles voix de la radio et de la télévision québécoise me laisse un grand vide.

Richard Garneau a accompagné certains de nos grands moments d’émotion collectifs. Je pense aux victoires d’athlètes canadiens aux Jeux olympiques (dont quelques étudiants de l’UdeM), aux matchs du Canadien en séries éliminatoires et, pour ma génération, aux matchs de la Série du siècle qu’il a décrits en 1972.

Ce grand journaliste ne nous a pas seulement transmis sa passion du sport, il nous a aussi communiqué son amour de la langue française.

Cette langue qui est le socle de la culture québécoise, il l’a polie et lui a donné de la noblesse sans toutefois y ajouter une once de prétention. Et je me rends compte aujourd’hui que c’est son éloquence qui me manquera le plus.

La qualité, la clarté et la précision du français que parlait Richard Garneau doivent nous servir de référence à tous.

Au nom de l’Université de Montréal, je souhaite mes condoléances à sa famille.

Partager
Partager par courrielCourriel

Abonnez-vous

Recevez une notification des nouveaux billets par courriel.

Catégories

Archives