Carnet du recteur

Bernard Landry ou la magie de la montagne

25 octobre 2017 14 h 10 | Diplômés, Sur le campus

Le 12 octobre dernier, l’Association des diplômés de l’UdeM remettait sa plus haute distinction, l’Ordre du mérite, à l’ancien premier ministre du Québec Bernard Landry, diplômé de la Faculté de droit de la promotion 1963.

Il s’agissait de la 50e édition du Gala de l’Ordre du mérite, et la première à se tenir depuis l’entente, conclue il y a dix mois, qui a permis un rapprochement entre l’Association des diplômés de l’Université de Montréal et l’Université elle-même. Je rappelle que l’Association des diplômés avait été créée dans les années 30 comme un organisme indépendant, pour venir en aide financièrement à l’Université, touchée sévèrement  par la crise économique.

Ce rendez-vous fort réussi me confirme que nous avons trouvé ensemble la bonne formule. L’Association des diplômés conserve sa marge de manœuvre et bénéficie d’un appui accru de notre établissement pour développer les communications avec cette formidable communauté qui grandit chaque année.

Il fallait voir l’émotion de M. Landry, ressentir cette camaraderie qui le réunissait avec Jacques Girard, président de l’Association des diplômés, Jacques Laurent, président du 50e gala, Louise Roy, notre chancelière, et plusieurs autres dans une salle comble.

Il fallait voir cette réunion joyeuse pour saisir, encore une fois, la relation si particulière qui unit les diplômés de l’UdeM. Dans ses remerciements, M. Landry, évoquant le souvenir d’une lecture de jeunesse, a parlé de la « montagne magique » pour décrire ce lien quasi mystique entre nos anciens.

L’Université de Montréal représente, depuis ses origines lointaines, l’un des principaux leviers de progrès social, scientifique, culturel  et économique de Montréal et du Québec. Cet apport si précieux est relayé par ces centaines de milliers de diplômés qui instillent dans la société et le monde leur savoir, leur confiance et leur optimisme.

La magie est en chacun d’eux, en chacune d’elles. Et c’est cette magie qui inspire à une société le désir d’être meilleure demain qu’elle ne l’était hier. Merci, M. Landry, d’avoir si bien prolongé dans votre action la magie de la montagne.

 

Lire l’article de UdeMNouvelles

Partager
Partager par courrielCourriel

Abonnez-vous

Recevez une notification des nouveaux billets par courriel.

Catégories

Archives