Messages à la communauté

L'UdeM et Charlie

13 janvier 2015

Chers membres de la communauté universitaire,

Le 7 janvier dernier, je m’apprêtais à vous écrire pour vous souhaiter une bonne et heureuse année, comme je le fais chaque année. À la lumière des tragiques événements qui sont survenus à Paris ce jour-là, et les jours suivants, il m’est apparu plus opportun d’écrire directement à l’Ambassadeur de France au Canada et au Consul général de France à Montréal pour leur témoigner en votre nom, à eux ainsi qu’au peuple français, notre plus profonde sympathie.

Dans la réponse qu’il m’a faite le jour même, le Consul général, M. Bruno Clerc, se disait très touché par « le mouvement de solidarité qui se manifeste envers notre pays de la part de tous ceux, à travers le monde, qui sont attachés à la démocratie et à la liberté ». Plusieurs l’ont souligné ces derniers jours : ce qui nous bouleverse dans ce drame, c’est qu’il attaque une valeur fondatrice et fondamentale de la démocratie : la liberté d’expression. Et quand on ronge cette maille-là, c’est tout l’ouvrage démocratique qui risque d’être emporté.

J’ai déjà dit ailleurs le rôle fondateur que l’instruction publique a joué dans la naissance de nos démocraties modernes. De la même façon, c’est par l’éducation que nos sociétés libres survivront aux attaques ponctuelles qu’elles subissent, si horrifiantes qu’elles puissent être. L’éducation fait partie de notre passé, elle est aussi la garante de notre avenir. Et de la paix et de la stabilité sociale.

À nos étudiants, professeurs, chargés de cours et membres du personnel de soutien qui sont de nationalité française, je tiens à exprimer la douleur devant la blessure qui vient d’être infligée à la société française. Nous sommes aujourd’hui Charlie avec vous.

Et à tous les membres de notre communauté, je veux, en dépit des circonstances, souhaiter une bonne et heureuse année 2015! Merci de ce que vous faites pour l’Université de Montréal.

 

Le recteur,

Guy Breton