Messages à la communauté

La saison des migrations

23 juin 2015

Chers membres de la communauté universitaire,

Chaque année, l’été arrive sur notre campus avec ses cortèges de finissants vêtus de toges, aux sourires aussi radieux que le soleil. Je vois ce moment solennel comme le début d’une migration du talent : plus de 12 000 jeunes remplis de rêves et d’ambition quittent, dans une bonne proportion, notre université pour faire leur entrée dans le monde du travail. Pour notre société, c’est une grande  bouffée d’oxygène qui lui permet de se renouveler et de s’améliorer, ai-je plaidé devant un millier de personnes réunies à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, il y a quelques semaines.

Un début d’été assombri par le départ d’un des pères du Québec moderne, à qui j’ai rendu hommage au nom de notre communauté universitaire, qu’il chérissait tant. Et d’un point de vue personnel, une période significative puisque j’entreprends un deuxième mandat de cinq ans à titre de recteur de notre grande université.

Les cinq dernières années ont parfois été tumultueuses et imprévisibles, mais jamais l’Université de Montréal n’a cessé de progresser. Notre population étudiante a grimpé de 12 %, celle des étudiants internationaux de 17 %. Nous décernons 16 % de plus de doctorats qu’en 2010. Nous sommes maintenant la 3e université de recherche du Canada, la 1ère au Québec. Notre nouveau campus à Laval est un franc succès, nous préparons le terrain à Outremont pour le Complexe des sciences et de génie et nous avons franchi le cap de 310 millions de dollars amassés dans la campagne Campus Montréal – un record dans le monde universitaire francophone. Pour couronner le tout, un triomphe des Carabins au football canadien qui a soulevé l’ensemble du Québec.

Si nous en sommes là aujourd’hui, c’est grâce aux efforts soutenus de chacun d’entre vous. Bravo! Et merci pour votre dévouement!

Ce premier mandat m’a convaincu d’une chose : si une université ne peut rien faire de grand toute seule, sa capacité d’inspirer, de mobiliser et de provoquer les choses n’en demeure pas moins considérable. Pour jouer pleinement son rôle au 21e siècle, un établissement universitaire doit agir non pas comme une enclave du savoir, mais comme un carrefour dynamique où se croisent étudiants de tous âges, enseignants, employeurs, employés, chercheurs, entrepreneurs, philanthropes et membres du grand public.

Au cours des cinq prochaines années, je compte faire de l’Université de Montréal un acteur social encore plus présent, plus engagé et plus déterminant pour notre avenir collectif. À cette fin, j’ai remanié l’équipe de direction et créé un nouveau vice-rectorat qui aura, entre autres, la mission de définir une vision pour l’UdeM en 2030. Ce mandat s’amorce sous le signe de la créativité : nous sommes ouverts à toutes les idées qui rendront notre établissement plus agile, plus souple, plus pertinent dans un monde qui nous réservera encore bien des surprises.

Je vous souhaite à toutes et à tous un magnifique été!

 

Le recteur,

Guy Breton