Messages à la communauté

Comme un vase Ming

1 juin 2012

Chers membres de la communauté universitaire,

Vendredi dernier, j’ai décerné un diplôme de doctorat à 463 étudiants. Une cérémonie qui s’est déroulée comme elle s’est toujours déroulée : dans une atmosphère festive, où dominait un sentiment partagé par tous, la fierté.

En m’adressant à nos étudiants, j’ai comparé l’université à un vase de porcelaine. Comme un vase Ming, l’université a traversé les siècles sans perdre de son éclat. Comme un vase Ming, elle évoque la noblesse des idées et le savoir-faire des générations passées. Mais, comme un vase Ming, l’université est fragile.

Dans cette période de tourmente et d’effervescence sociale, nous avons un devoir collectif de nous assurer que cette œuvre ne soit pas endommagée. Ce que nous devons préserver, c’est ce lieu de liberté académique. Ce lieu d’enseignement et de recherche qui permet à toutes les idées d’exister, à toutes les opinions de s’exprimer, dans le respect des unes et des autres.

Voilà ce qui fait avancer notre société. Et le projet de l’Université de Montréal, première université en importance au Québec, est de faire avancer notre société. De repousser avec elle les frontières du connu, d’explorer avec elle les territoires vierges de la connaissance et d’abattre avec elle les murs du préjugé et de l’intolérance.

C’est dans les moments critiques que le sens de notre mission éducative nous apparaît avec le plus de clarté. Remettre un diplôme à un étudiant a toujours été pour moi un moment de grande solennité, un moment fondateur pour l’étudiant comme pour l’Université que je représente. Et je sais que ces fondations sont demeurées intactes sous le tumulte des derniers mois.

Au cours de la collation des grades, nous avons également décerné des doctorats honorifiques à trois personnalités qui ont en commun d’être des citoyens du monde : Chen Zhu, ministre de la Santé de la Chine et responsable des soins de près d’un habitant sur cinq de la planète; Eric Mazur, doyen du secteur de la physique appliquée à l’École de génie et des sciences appliquées de l’Université Harvard; et mon homologue de l’Université d’Alberta, Indira Samarasekera, sri-lankaise d’origine et spécialiste reconnue du génie métallurgique. En rejoignant le panthéon de nos docteurs honorifiques, ces trois personnes d’exception nous renvoient de nous-mêmes l’image d’une Université pleinement internationale et ouverte à la formidable diversité du monde.

En terminant, je veux adresser mes félicitations les plus sincères aux quelque 11 000 étudiants – tous cycles confondus – qui prennent congé de l’Université de Montréal ce printemps. Chers étudiants, chères étudiantes, vous rejoignez le bassin de nos 300 000 diplômés et porterez dorénavant les couleurs de notre Université au sein de la société civile – cette société qui attend tellement de vous. Au nom de vos professeurs et de notre personnel administratif et de soutien, je vous souhaite bon succès dans le nouveau chapitre de votre vie que vous vous apprêtez à ouvrir.

Bon été.

Le recteur,

Guy Breton