Passer au contenu

/ Recteur

Rechercher

Le Nobel de l’UdeM

À l’approche des Fêtes, l’Université de Montréal s’est fait un cadeau. Elle a honoré l’un de ses plus prestigieux diplômés d’une façon tout à fait particulière : en lui dédiant une salle. Et pas n’importe laquelle. Celle de l’Assemblée universitaire, qui porte maintenant le nom de salle Roger-Guillemin.

Le Dr Roger Guillemin a obtenu le Prix Nobel de médecine en 1977 pour ses découvertes sur la production d’hormones peptidiques dans le cerveau. Ce médecin français a choisi de venir faire son doctorat ici, dans le laboratoire du professeur Hans Selye, après avoir rencontré le découvreur du stress après une conférence à Paris.

L’étudiant n’oubliera jamais son passage à l’UdeM. Il s’initie à la recherche, qui sera la passion de sa vie. Il passe à un cheveu de la mort en contractant une méningite tuberculeuse. Et il rencontre sa femme, une Française qui travaillait alors comme infirmière à l’hôpital Notre-Dame où il était hospitalisé. Ensemble, ils auront six enfants.

C’est aux États-Unis, et notamment au Salk Institute en Californie – où il travaille toujours à 93 ans ! –, que le Dr Guillemin a entrepris la quête de la compréhension de la relation entre le cerveau et le système endocrinien. Une aventure qui a permis la mise au point de nombreux médicaments et l’ouverture de nouveaux horizons pour la neuroendocrinologie, une spécialité dont il est l’un des pionniers.

La salle de l’Assemblée universitaire est le siège de notre collégialité, c’est là où se déterminent les grandes orientations de notre université. Lui donner le nom de notre premier diplômé nobélisé a forte valeur de symbole. C’est un rappel de notre raison d’être, qui est de former des esprits curieux dans tous les domaines et de faire progresser le savoir dans toutes les directions … jusqu’au Nobel et même au-delà.